AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [ITW]Interview internet site e.vous

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
tokiona'
Human
avatar

Féminin Nombre de messages : 6485
Age : 51
Localisation : Quelquepart.../*avec eux*/*/
Date d'inscription : 09/12/2007

MessageSujet: [ITW]Interview internet site e.vous   Lun 19 Oct 2009 - 10:25

Tokio Hotel en interview : "Il faut remercier les fans"



Alors que leur nouvel album Humanoid cartonne déjà dans les charts, les Allemands de Tokio Hotel sont de retour en France. Installés confortablement dans un palace parisien encerclé par des fans toujours fidèles, Bill, Tom, Georg et Gustav nous ont accordé une interview exclusive malgré un emploi du temps sous haute tension.

Bonjour ! Vous êtes de retour en France, vous semblez vous y plaire !
Bill : Oui totalement ! Nous sommes toujours très heureux de venir ici ! A chaque fois, quand on arrive, on regarde par les fenêtres de la voiture et on se dit "Waouh, c’est vraiment une belle ville Paris" !

L’album est n°1 en Allemagne, il a aussi bien démarré en France. Dans toute l’Europe, les fans sont au rendez-vous : est-ce un soulagement pour vous ?
Bill : Nous sommes vraiment très contents et très satisfaits ! C’est exactement ce qu’il nous fallait, d’écrire de nouvelles chansons, de créer de nouveau. Globalement on est très heureux de toutes les critiques qu’on entend sur l’album pour le moment.

On parle souvent d’un come-back mais vous n’avez quasiment pas arrêté entre la fin de votre dernière tournée et l’entrée en studio : où avez-vous trouvé l’énergie et la motivation pour enchainer sur ce nouvel opus ?
Bill : En fait on se le demande aussi parfois ! (rires) Évidemment, parfois on est super fatigués, épuisés, et on n’a pas du tout envie de se lever. On se dit qu’on a besoin d’une pause. Mais en même temps, on a besoin de faire de la musique, on a très envie de sortir un nouvel album, de partager notre musique… Alors finalement je crois que toute cette énergie on la puise là-dedans, c’est notre vie, c’est ce qui nous fait tenir.

La pression et l’enjeu étaient-ils plus forts sur Humanoid que sur les précédents albums ?
Tom : Pour la première fois, on a vraiment conçu un album avec une visée internationale, avec une sortie en même temps dans le monde entier donc forcément on a eu la pression. Avec une seule date de sortie pour l’album, ce n’était pas évident. Mais on a vraiment essayé de ne pas penser à ça quand on était en studio, de vraiment se concentrer sur ce qu’on faisait.

Au niveau du son, on découvre des sonorités un peu plus électro. Pourquoi ce virage qui pouvait s’avérer risqué ?
Tom : Ca faisait deux ans qu’on n’était plus rentré en studio, qu’on était sur les routes en tournée. On a donc voulu essayer d’autres choses, on a bien réfléchi chacun de notre côté, on a cherché à l’intérieur de nous ce qu’on avait vraiment envie de faire et au final on a un son élargi. Ce n’est pas totalement nouveau, c’est toujours nous, en un tout petit peu différent (sourire).

Quels sont les thèmes et messages que vous avez voulu aborder ?
Bill : Je ne crois pas qu’il n’y ait qu’un seul message. Chaque chanson a sa propre histoire, un contenu, et il n’y avait pas une chose unique qu’on voulait faire passer. En fait, ce qu’on a vraiment voulu faire avec Humanoid c’est faire plaisir à nos fans, à ceux qui allaient nous écouter.

Entre les versions allemandes et anglaises vous n’avez pas toujours gardé le même thème. Hey Du par exemple n’a pas du tout la même signification que Hey You : pourquoi ?
Bill : Oui, c’est vrai. Mais c’est parce que cette fois, on n’a vraiment pas eu envie de faire de traduction littérale. On a donc écrit directement dans les deux langues et même si ça traite du même sujet, il est vrai que dans une version on a plus approfondi quelque chose qui dans l’autre n’est qu’une allusion. Il y a donc vraiment deux versions.

Vous avez continué de travailler avec les producteurs de vos débuts mais il y a aussi des collaborateurs étrangers et reconnus comme Guy Chambers ou Ryan Tedder…
Bill : On a voulu avoir des idées neuves. Quand on était enfermé dans le studio, on voyait déjà l’album un peu comme un film, on avait des images en tête et on a senti qu’on avait besoin de quelque chose de nouveau.

Les médias ont du mal à vous voir grandir, à vous sortir de cette image de groupe pour ados : est-ce agaçant de devoir encore et toujours prouver votre crédibilité ?
Bill : Là, on commence à devenir vieux, on arrive à un âge où c’est un compliment d’être pris pour des ados (rires). Non, on a l’habitude de ça, on fait avec.

Vous vivez sous un microscope où tout est commenté : changement de tenues, de coiffures, de poids… Y a-t-il eu un moment où vous avez eu envie de tout plaquer ?
Bill : Oui, c’est arrivé. Parfois, ce que je lis dans la presse me met en colère, ça me tape sur les nerfs. Vraiment. Surtout que les gens écrivent souvent sur tout sauf sur notre musique et c’est ça le pire. Mais il faut se faire une raison, en prendre l’habitude et essayer de ne pas tout lire.

Vous avez des millions de fans très dévoués et surtout très organisés : est-ce une pression en plus pour vous d’être suivis partout ?
Bill : Cela dépend comment c’est fait. Quand on arrive dans un pays et qu’il y a des fans qui nous attendent, évidemment c’est génial. Mais il ne faut pas que ça dépasse certaines limites. Il y a quelques jours par an -et on peut vraiment les compter sur les doigts d’une main- où on aimerait avoir notre vie à nous, notre vie privée. Donc tant que ça ne devient pas trop envahissant, moi ça me va.
Tom : Mais le soutien qu’on reçoit quand on arrive quelque part, c’est vraiment fantastique. Par exemple, les fans qui votent pour nous, qui donnent sans arrêt de leur temps et grâce à qui on gagne des prix, c’est génial. Pareil pour ceux qui nous accueillent partout où nous sommes, il faut leur dire merci.

Il y a une vraie prise de risque sur cet album, que ce soit au niveau vocal où Bill essaie des choses différentes, mais aussi avec Georg et Tom qui se mettent à jouer d’un autre instrument : est-ce une source de stress en vue de la future tournée ?
Tous : Non !! (rires)
Bill : Tout va bien se passer ! On était en Grèce il n’y a pas longtemps, on y a fait notre premier mini concert et tout s’est déroulé à merveille. Tom fait du piano, Georg s’est mis au synthé et ça marche bien.
Tom : Le piano, c’est parce que j’aime ça mais aussi parce je sais que ça plaît aux filles ! (rires). Je ne suis pas le meilleur pianiste évidemment mais ce que je joue, je le joue bien et ça me plaît.

Bill et Tom : votre succès a-t-il changé votre relation de frères jumeaux ?
Bill : Non, en privé ça ne se passe pas du tout comme dans le groupe où je suis plus mis en avant. Quand on est Tokio Hotel, je suis un peu la star, sur le devant de la scène (rires). Mais en privé, on n’a pas ce genre de rôles, on n’a pas décidé que c’était moi le plus important ! Dans un groupe, celui qui chante est celui qui est devant, mais dans la vie ce n’est pas comme ça !

Propos recueillis par Carole Bouchard




Source:

http://www.evous.fr/musique/spip.php?page=article&id_article=8263
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[ITW]Interview internet site e.vous
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Poster ici les sites internet les plus insolites..
» Thibaut Derien
» SITE INTERNET : La BF l'Echo de la Loire de DRAIN (49) "ONLINE"
» Site internet de l'Eveil Romagnatois
» Le site internet officiel du nouvel album Bleu Noir (Part II)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tokio Hotel | Forum Officiel Francophone :: Tokio Hotel - Médias :: Presse :: Interviews-
Sauter vers: